Quelqu'un meurt,
et c'est comme des pas qui s'arrêtent...
Mais si c'était un départ
pour un nouveau voyage ?

Quelqu'un meurt,
et c'est comme un arbre qui tombe...
Mais si c'était une graine
germant dans une terre nouvelle ?

Quelqu'un meurt,
et c'est comme une porte qui claque...
Mais si c'était un passage
s'ouvrant sur d'autres paysages ?

Quelqu'un meurt,
et c'est comme un silence qui hurle...
Mais s'il nous aidait à entendre
la fragile musique de la vie ?

~ Benoît Marchon


Trois générations de thanatologue à l'écoute des gens

Bien présente sur la rive sud de Montréal depuis 1930, la famille Poissant, oeuvrant dans le domaine funéraire, a toujours été près des gens; plus particulièrement dans des moments difficiles où la perte d'un être cher est éprouvante. Grâce à ses conseillers respectueux des émotions et des convictions de chacun, l'entreprise s'est taillée au fil des ans une solide réputation pour la tenue d'obsèques.

La maison funéraire fut fondée en 1930 par Léon Poissant et lui donna son nom. En ce temps-là, les défunts étaient embaumés et exposés à leurs domiciles. Les familles sortaient souvent épuisées de cette expérience. Donc, en 1950, Léon ouvrit son premier salon funéraire exactement à l'endroit où il se trouve aujourd'hui sur la rue Saint-Pierre, puis il ouvrit diverses succursales à Delson, Saint-Philippe et Kahnawake. Il fut également élu maire de Saint-Constant de 1945 à 1955.

En 1968, son fils Jean diplômé de l'Institut de Thanatologie du Québec prit la relève et rénova les salons. Dans son processus de développement et d'agrandissement de territoire, il fit l'acquisition d'une nouvelle succursale à Saint-Rémi en 1986 tout en dispensant, dans la région, un service ambulancier de qualité et ce, durant une période de 25 ans.

En 1990, son fils Robert, diplômé lui aussi de l'Institut de Thanatologie du Québec, reprit le flambeau. Un an plus tard, il ajouta un columbarium, puis entreprit divers travaux majeurs dans les diverses succursales, soit l'agrandissement et le réaménagement complet du siège social à Saint-Constant et des succursales de Saint-Rémi et de Kahnawake. Dans le but de permettre aux familles d'avoir tous les services sous le même toit, Robert, ferma les succursales de Delson et de Saint-Philippe en 2010, puis concentra ses opérations au salon funéraire de Saint Constant; il y ajouta une chapelle, une salle de réception et un autre columbarium le propulsant parmi les plus gros complexes funéraires, comparables à ceux des grands centres urbains.

À l'écoute des familles endeuillées, les employés du complexe funéraire et la famille Poissant offrent des services selon les convictions personnelles de chacun et ceux-ci tiennent à remercier les familles de la région qui les ont honorés de leur confiance depuis toutes ces années et leur assure un dévouement total.